A.P.C. lance la marque de Vanessa Seward

Vanessa Seward va avoir son label éponyme. La créatrice, qui a été la directrice artistique d’Azzaro de 2002 à 2011, a trouvé pour cela un allié: A.P.C. La griffe parisienne lui avait confié plusieurs capsules depuis 2012, un partenariat visiblement très satisfaisant puisque son fondateur, Jean Touitou, pousse la collaboration plus loin. C’est en effet A.P.C. qui financera et soutiendra logistiquement la griffe Vanessa Seward.

Vanessa Seward. Photo Tung Walsh.


Une nouvelle griffe qui fera défiler sa première collection automne-hiver 2015/2016 lors de la fashion week féminine de Paris, en février 2015. Un vestiaire féminin et ses accessoires qui devront relever d’un « luxe sensé », selon les termes de Jean Touitou, avec à la fois des pièces intemporelles en entrée de gamme, mais aussi des modèles d’exception. 

Egalement passée par la maison Yves Saint Laurent, cette Argentine parisienne d’adoption était tentée par le lancement de sa propre marque depuis longtemps, mais a été finalement convaincue par l’opportunité de s’appuyer sur « le savoir-faire d’A.P.C. » et le « soutien de Jean Touitou ». 

Outre une distribution wholesale et grands magasins, la société prévoit également pour cette marque un réseau de boutiques en propre. Les premières ouvertures sont d’ailleurs attendues dès le lancement de la première collection, au second semestre 2015.

Elizabeth Arden dévisse à Wall Street, plombé par ses parfums

New York, 13 mai 2014 (AFP) – Le géant américain des cosmétiques Elizabeth Arden plongeait de plus de 20% mardi à Wall Street, plombé par l’annonce d’une perte trimestrielle inattendue, en raison notamment des mauvaises ventes de ses parfums.

Vers 17H00 GMT, son titre dévissait de 20,62% à 28,28 dollars à la Bourse de New York, dans un marché proche de l’équilibre.

Elizabeth Arden a annoncé lundi soir une perte nette de 26,5 millions de dollars pour le troisième trimestre de son exercice décalé, plus de 20 fois plus importante qu’en 2013, sur la même période.

Elizabeth Arden a ainsi déçu les attentes de Wall Street sur toute la ligne: ses recettes ont plongé de 20% au premier trimestre sur une base annuelle, n’engrangeant que 211 millions de dollars, contre 265 millions l’an dernier à la même époque.

Son résultat ramené par action, hors éléments exceptionnels, qui sert de référence à Wall Street, a montré une perte de 84 cents contre des attentes autour de l’équilibre.

Pour remonter la pente, le groupe a annoncé le lancement d’un plan de restructuration, sans horizon précis mais avec davantage de détails promis pour le mois d’août. Ce plan visant à économiser jusqu’à 50 millions de dollars par an va notamment affecter son réseau de distribution.

Il a également précisé avoir fait appel à la banque américaine d’affaires Goldman Sachs pour « explorer les options stratégiques visant à accroître la valeur » du portefeuille de ses actionnaires.

Selon la presse américaine, le spécialiste des produits de beauté chercherait à se vendre.

« Nous avons du pain sur la planche », a reconnu Scott Beattie, PDG du groupe, attribuant les résultats catastrophiques du groupe à « une mauvaise performance dans les parfums en Amérique du Nord », un manque d’innovation dans ce secteur, et une météo exceptionnellement rigoureuse depuis le début de l’année.

« On a également pu noter une forte érosion dans la vente des parfums des marques Justin Bieber et Taylor Swift », du nom de jeunes célébrités américaines, ont souligné les analystes de BMO Capital Markets.